Menu


Sénégal: nouvelle semaine de procès pour Khalifa Sall

Au Sénégal, une nouvelle semaine de procès pour le maire de Dakar et ses co-accusés s'ouvre.

Le procureur de la République a rejeté les irrégularités invoquées pendant plusieurs audiences par la défense. Cette dernière plaide, elle, en faveur d'une annulation pure et simple de la procédure. Le maire de Dakar et ses co-accusés sont soupçonnés de détournement de fonds publics dans l'affaire dite de la « caisse d'avance ».

« J'ai souffert trois jours au cours desquels le droit a été déconstruit », c'est par ces mots que le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a ouvert son réquisitoire sur les exceptions soulevées par la défense la semaine dernière. Des exceptions irrecevables, estime le magistrat qui accuse les avocats du maire de Dakar d'avoir entamé une défense au fond tout en souhaitant éviter à Khalifa Sall un procès public.

Réponse de Me Papa Laïty Ndiaye, l'un des l'avocat de Mbaye Touré, poursuivi comme complice du maire de Dakar : « Ce qui me semble évident, c’est que dans cette affaire, puisque personne n’a encore été interrogé sur le fond, parce que le juge a simplement constaté, pour l’instant, l’identité des prévenus et nous a donné la parole pour que nous parlions de tout ce qui est, on va dire... exception sur la forme, sur la compétence, sur les nullités etc. Pour l’instant, pour moi, ce débat n’est pas encore posé sur le fond et je pense que ceux qui disent que nous sommes déjà dans le fond, ils anticipent un peu. »

Les droits des accusés n'ont pas été bafoués

Pour la défense, ce procès ne peut avoir lieu. Mais le parquet estime lui que le tribunal est compétent pour juger l'affaire et qu'aucun prévenu ne peut bénéficier d'une prescription. L'enquête préliminaire n'a pas non plus bafoué les droits de Khalifa Sall et de ses sept co-accusés, estime le ministère public.

A la suite du procureur, chaque partie - les avocats du maire et ceux de l'Etat sénégalais - aura trois heures ce mardi pour revenir sur les irrégularités invoquées par la défense. La bataille des exceptions juridiques va donc se poursuivre lors d'une nouvelle journée de procès au palais de justice de Dakar.

RFI 30-01-2018

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut