Menu


Le Nigeria devient officiellement la première économie africaine, devant l’Afrique du Sud

Comme prévu, le Nigeria a soufflé à l’Afrique du Sud le titre de première économie africaine grâce à une mise à jour statistique.

Le premier producteur de pétrole du continent a enregistré un PIB de 510 milliards de dollars en 2013, calculé selon une nouvelle méthode, a annoncé, le 6 avril, le chef du Bureau national des statistiques, Yemi Kale. En 2012, le PIB du pays était de 453,9 milliards de dollars, selon cette même méthode, alors qu'il était de 384 milliards de dollars pour l'Afrique du Sud la même année.

Des statisticiens des Nations unies recommandent aux pays de modifier tous les cinq ans le mode de calcul de leur produit intérieur brut pour prendre en compte les évolutions dans la production et la consommation, mais le Nigeria n'avait pas modifié sa méthode de calcul depuis 1990. Pour déterminer ce PIB recalculé, le Bureau national des statistiques du Nigeria a utilisé 2008 comme année de référence, au lieu de 1990. Il va sans dire que les indices de la production et de la consommation ont beaucoup changé en une vingtaine d’années. Ainsi le poids de l'agriculture, qui représentait 40 % du PIB au début des années 90, a beaucoup diminué. En revanche, des industries comme Nollywood, la gigantesque production cinématographique nigériane, les services financiers et les télécoms vont désormais être pris en compte.

Au Nigeria, le taux de croissance annuel a atteint en moyenne 6,8% entre 2005 et 2013. Les prévisions de croissance pour 2014 sont de 7,4%, selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI). En comparaison, l'Afrique du Sud a connu un taux de croissance légèrement supérieurs à 5% entre 2005 et 2008, et peine depuis à dépasser les 3,5%.

Selon les experts, le nouveau PIB du Nigeria ne doit pas, cependant, être interprété comme un signe de développement, l'Afrique du Sud étant largement devant le pays le plus peuplé d'Afrique termes de PIB par habitant, d'infrastructures et de gouvernance. La grande majorité des 170 millions de Nigérians vit avec moins de deux dollars par jour dans un pays dont l’économie est minée par la corruption et où les infrastructures restent calamiteuses.

«Le changement de méthode de calcul est plus cosmétique qu'autre chose. Mais nous pensons que cela va augmenter les opportunités d'investissement au Nigeria», estime Chuba Ezekwesili, un économiste du centre de recherche Nigeria Economic Summit.

Roelof Horne, de l'Investec Asset Management, pense, quant à lui, que l’accession du Nigeria au rang de première économie du continent, devant l’Afrique du Sud, devrait avoir «un effet psychologique» sur la perception du continent africain par les étrangers.

(Agence Ecofin 07/04/14)

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut