Menu


Algérie: un rapport inquiétant sur l'état des libertés publiques dans le pays

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) a publié ce week-end un rapport annuel sur les libertés publiques dans le pays.

Du droit de manifester aux droits des travailleurs, en passant par les kidnappings d’enfants, l’ONG fait un bilan qu'elle juge inquiétant.

C'est un rapport inquiétant des inégalités qui se creusent au sein de la société algérienne. La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme souligne le renforcement de « disparités flagrantes » dans le pays et note l'augmentation des manifestations pour réclamer « l'amélioration du niveau de vie ».

L'année 2017 a été une année de contestations et de grèves, selon l'organisation. Son rapport liste toute une série d'événements où enseignants, chômeurs ou fonctionnaires n'ont pas pu manifester ou se réunir comme ils le souhaitaient. Dans ce texte, la Ligue souligne que des poursuites pénales ont été lancées contre plusieurs défenseurs des droits humains et s'inquiète des poursuites en cours contre des syndicats dans des entreprises privées.

Le président de la Ligue résume : « Malgré quelques avancées, il n'y a pas de rupture, mais bien une continuité dans la répression, les violations des libertés publiques et des droits de l'homme ». Ce week-end, c'est la réunion annuelle de la deuxième Ligue des droits de l'homme qui a été interdite par les autorités de Béjaïa.

RFI 11-12-2017

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut