Menu


Algérie: pour chef de la diplomatie, les migrants sont une menace pour la sécurité

 

 

En Algérie, les déclarations sur les migrants subsahariens qui arrivent dans le pays se suivent.

A son tour, le ministre des Affaires étrangères s'attaque aux étrangers clandestins quelques jours après des propos polémiques d'un conseiller du président, Ahmed Ouyahia, qui associait les migrants à la drogue et la criminalité. Abdelkader Messahel va plus loin. Lors d'un atelier international sur le terrorisme, le ministre a parlé d'une «menace pour la sécurité nationale».

Abdelkader Messahel ne fait aucune concession. Il parle de « mesures urgentes » qui doivent être prises par le gouvernement contre le flux important de migrants entouré par des « réseaux organisés ». Alors le chef de la diplomatie algérienne ne précise pas si les mesures doivent cibler les passeurs ou les migrants, mais pour lui la priorité doit être de sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationale.

Le week-end dernier, les propos d’Ahmed Ouyahia, conseiller du président, avaient suscité l’indignation des défenseurs des droits de l’homme. Cette fois-ci, le ministre des Affaires étrangères affirme que son pays n’a pas de leçon à recevoir des ONG, y compris des ONG algériennes.

En revanche, les déclarations successives des deux responsables algériens sont assez paradoxales avec le projet du gouvernement d'élaborer une loi sur le droit d'asile. Car les initiatives officielles sont en faveur de l’intégration des migrants. La presse a notamment parlé de projets de délivrance de permis de travail dans les secteurs où l’économie algérienne a besoin de main d’œuvre.

RFI 11-07-2017

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut